Tout comme l’homme, suite à un traumatisme osseux, ligamentaire ou des troubles neurologiques, la rééducation fonctionnelle est vraiment le complément indispensable à une récupération rapide et complète comparé à des chiens laissés totalement au repos. Qu’il y ait eu une chirurgie osseuse ou neurologique ou simplement un traumatisme ne nécessitant un repos forcé, la fonte musculaire et l’ankylose sont rapide. 

Il s’agit alors de stimuler la sensibilité, maintenir le tonus nerveux et musculaire, améliorer la circulation sanguine et lymphatique pour stimuler les zones en phase de récupération en douceur et “reconnecter le cerveau à ses muscles”.

Le rôle de de ces vidéos est d’aider tout propriétaire à travailler quotidiennement à la maison comme le ferait faire le kinésithérapeute à un humain.

Ces exercices sont simples, afin de vous aider à faire retrouver à votre compagnon une mobilité optimale progressivement, prévenir les raideurs articulaires (ankylose) et éviter la perte de masse musculaire.

Notre vétérinaire vous donnera les consignes initiales et les traitements (post-opératoires ou non) nécessaires à la gestion la douleur et l’inflammation secondaire au traumatisme de votre chien.

Il vous dira quand et comment commencer la rééducation en concertation avec votre vétérinaire traitant et ils vous accompagneront avec un RDV à 15j (si retrait des points) puis à 1 mois et 2 mois post-traumatisme.

La physiothérapie décrite en vidéo ici pourra être complétée par des exercices de physiothérapie plus poussée si vous avez le temps et la possibilité de le faire (nage en extérieur ou en piscine, plateforme de de stabilisation 3D, électrothérapie, laser …), mais la meilleure progression s’observera surtout avec un travail doux et quotidien sans jamais forcer.

À ce terme de 2 mois, selon l’animal et son type de traumatisme, le travail de rééducation sera terminé ou devra être poursuivi si la mobilité, la souplesse et la musculature ne sont pas encore optimales. Il faut laisser le temps au temps …

Travailler successivement : 

  1. La sensibilité superficielle ou sensitive – Effleurer toute la patte avec votre main ou un stylo (comme pour des chatouilles) afin de stimuler les récepteurs sensitifs de la peau.
  2. Le réflexe de flexion – Pincer doucement les doigts ou les coussinets provoque un réflexe de flexion de la patte (automatique) qui stimule les muscles.
  3. Le tonus musculaire – Mettre l’animal debout en le soutenant sous le ventre, le faire sautiller pour renforcer ses muscles. Progressivement lorsqu’il est stable, le pousser légèrement d’avant en arrière et sur les côtés pour stimuler son équilibre.
  4. La mobilisation articulaire – Manipuler doucement toutes les articulations: faire des flexions et extensions douces mais jamais à leur maximum, afin de maintenir la souplesse articulaire.
  5. Les massages – De bas en haut, effleurer la patte, puis appliquer une pression pour réveiller les muscles et améliorer l’apport en oxygène, nutriments et éliminer les déchets.
  6. L’équilibre par pédalage – Sur animal debout ou couché, avec la patte dans la main, mimer la marche aide le corps à reprendre conscience du mouvement à réaliser.
 

Rééducation : Stimuler la sensibilité superficielle ou sensitive

Rééducation : Stimuler les muscles par le Réflexe de flexion

Rééducation : Stimuler le tonus musculaire et l’équilibre en position debout

Rééducation : Mobilisation articulaire pour rester souple

Rééducation : Massages pour stimuler la circulation sanguine et lymphatique 

Rééducation : Équilibre par pédalage pour stimuler la reprise d’activité